Suunto day Chamonix

Bandeau Chamonix

Chamonix 17Quelques blogueurs testeurs de l’Ambit2 et Ambit2 S ont eu la chance d’être invités par Suunto à Chamonix le vendredi 14 juin pour un test grandeur nature du dernier bijou de la firme finlandaise.

Franck d’Amer Sports France, qui avait tout organisé depuis des semaines, a dû gérer à la dernière minute une grève de la SNCF. Dans l’urgence, il réorganise les départs des uns et des autres. Je partirai finalement avec David de RunMyGeek. Partant de Montpellier, il fera un crochet par Aix en Provence pour me récupérer. On ne se connait pas encore, on s’est simplement téléphoné la veille pour organiser les derniers détails de notre voyage.

A 14h30 le jeudi 13 juin, David est pile à l’heure au point de rendez-vous. Je charge mon sac dans le coffre de sa voiture et c’est parti pour un peu moins de 5 heures de route qui sembleront avoir durées à peine 1 heure. En effet, il n’y aura pas un seul temps mort durant tout le voyage. On partage avec passion nos plus belles courses, les potins du trail et de la blogosphère. On se livre un peu, histoire de mieux se connaître. David est un pilier de la Runnosphère et en connait un rayon sur l’univers des blogs dédiés au trail running. Novice en la matière, j’écoute avec intérêt ses conseils et retours d’expériences.

Chamonix 14A l’approche de 20 heures, nous entrons dans Chamonix. C’est avec un plaisir non dissimulé que je retrouve ce lieu chargé d’excellents souvenirs dont le dernier en date est la CCC 2012. Nous rejoignons le non moins célèbre hôtel Alpina où Franck nous accueille. Il est super speed, préoccupé par les derniers préparatifs de la journée du lendemain. J’ai l’impression de me voir dans le cadre de mon boulot. Ça fait du bien d’être de l’autre côté de la barrière, dans la position de l’invité détendu.

Nous faisons la connaissance d’Hervé de Suunto France et de Fabien, guide de haute montagne à la Compagnie des Guides de Chamonix et Community Manager Suunto. Fabien sera notre guide (ça tombe bien !) et l’animateur de la journée du lendemain. Les autres blogueurs invités viennent grossir le groupe. Dans le désordre arriveront : Jérôme, formateur et coach sportif de la région niçoise, également rédacteur à Jogging International et I-Run. Emmanuelle de Free Run, la seule fille de la bande et Julien le Mangeur de Cailloux qui auront fait une bonne partie de leur voyage depuis Paris sous un temps exécrable. Damien, l’inénarrable Coureur Du Chablais nous rejoindra pour le dessert au Cap Horn, un super restaurant au cœur de Chamonix le long de l’Arve. Cham est tellement rempli de mauvais restaurants à l’accueil déplorable qu’il est d’utilité publique de signaler les bons. Éric de Track&News et fondateur de Openrunner complétera le tableau le lendemain matin.

Après une très agréable soirée où nos conversations auront tournées autour de la Suunto Ambit, le trail running et son business (étonnant non ?), nous rejoignons nos chambres aux alentours de minuit. Mon colocataire de la soirée est Jérôme. Nous prolongerons nos discussions jusqu’à tard dans la nuit. C’est dingue comme deux coureurs peuvent être bavards. Jérôme est un routard aux références impressionnantes. Le Kilomètre Vertical de demain matin, préparé par Fabien, sera sa première expérience en trail. Vu le niveau de l’ensemble des participants la journée promet d’être sportive !

Chamonix 3Après une courte nuit de sommeil nous nous retrouvons vers 8 heures au restaurant panoramique de l’Hôtel Alpina. Le temps est couvert mais la météo n’annonce pas de pluie. La tenue sera donc short et tee-shirt avec ma veste Salomon S-Lab light jacket dans le sac à dos. Un petit déjeuner léger est avalé rapidement. Entre nous, les vannes commencent à fuser et les pronostics sur les temps de montée vont bon train. Toutes les bonnes vieilles techniques d’intimidation bien connues des coureurs sont utilisées. « J’suis pas trop en forme en ce moment… », « Je me remets difficilement de ma tendinite… », « Je vais tous vous fumer ! », « J’ai des bâtons trop grands… », « J’suis un tueur en D+… », « J’ai oublié de prendre de l’eau… », Etc.

Je reconnais que le challenge me stimule et la perspective de se donner le compte sur un kilomètre Vertical qui part du bas de Chamonix pour arriver au-dessus de la gare du Montenvers me rend aussi sérieux et concentré qu’au départ d’une course officielle.

Chamonix 2

Avant le départ, Fabien est notre coach. Il nous propose un bon quart d’heure d’échauffement avec quelques exercices intéressants à connaitre, même pour des coureurs confirmés. Il nous communique les consignes : L’objectif est de parcourir 1000 mètres de dénivelé en suivant la trace GPS préalablement chargée dans notre Ambit2. Nous partirons à quelques minutes d’intervalles les uns derrière les autres dans une course contre la montre. L’allure est libre mais nous sommes quelques-uns bien décidés à faire monter le cardio…  Fabien quant à lui monte au pas de course se positionner sur le parcours pour nous prendre en photo.

Chamonix 4

Quelques minutes plus tard, Emmanuelle s’élance ! Sa foulée donne le ton : Ça ne va pas être de la randonnée ! Je pars quelques minutes après. Ça grimpe direct par une route bitumée qui laissera rapidement place à un piste carrossable 500 mètre plus loin (et 50 mètres plus haut). Très vite le rythme ralenti. Fini l’euphorie du départ… Les jambes répondent bien mais mon démarrage trop rapide m’amène proche de l’asphyxie. Il est temps de gérer et de passer en marche rapide le temps de faire retomber un peu le cardio.

Je ralenti un peu l’allure pour permettre à David, lancé comme un avion, de me rejoindre. Nous ferons une bonne partie de la première section ensemble. Le rythme est élevé mais, lui comme moi, gérons tranquillement notre montée en prenant même le temps de prendre quelques photos dans ce paysage somptueux. Les conditions sont idéales : Le sol est humide mais ne glisse pas, la fraîcheur du matin est agréable, la forêt alpine dégage des odeurs de lichens, de terre et de champignons.

« Errant dans la forêt, il humait avec ivresse la senteur de la mousse fraîche et des herbes longues couvrant le sol noir, parmi l’humus séculaire ; et ces odeurs salubres le remplissaient d’une joie mystérieuse déjà ressentie, lui semblait-il. » Jack London (L’appel de la forêt)

La respiration bruyante de Franck me réveille de ma contemplation. Je dois rester concentré sur la montée ! Il est juste derrière nous et rapidement nous dépasse à une vitesse insolente. Armé de ses bâtons aux pouvoirs magiques (ils représentent pour lui un précieux héritage), il ressemble à un skieur de fond en pleine séance de fractionné. Sa technique est diablement efficace : Il jongle entre les appuis alternés qui soulagent les membres inférieurs et les appuis simultanés pour se propulser tel un fauve en chasse. Ses efforts laissent échapper des râles qui en disent long sur sa détermination. Il a clairement envie de se donner à fond !

Chamonix 1Sans avoir besoin de se parler avec David la même pensée nous traverse l’esprit. Ce lièvre inespéré est une aubaine. Nous n’attendions que lui pour relancer la machine et passer en mode compétition. Nous n’avons pas l’intention de le laisser prendre le large.

Nous traversons une impressionnante coulée de neige à l’endroit où Fabien a la bonne idée de nous prendre en photo. Ces quelques mètres où nous prenons la pose permettent de récupérer quelques battements cardiaques. Une fois l’obstacle passé, c’est le retour à l’explosion du cardio ! Franck s’accroche mais montre furtivement des moments de faiblesse. « Il est fort probable qu’il craque avant la fin des 1000 m de D+ », me dis-je. David par contre semble aller de mieux en mieux. Il est positionné derrière Franck et semble attendre le bon moment pour piquer une accélération verticale qui laissera tout le monde sur place. Je reste quelques mètres derrière le groupe de tête avec suffisamment de distance pour voir où je mets les pieds. Je me laisse parfois distancer et je peine un peu pour raccrocher le groupe. Surtout ne pas les laisser partir ! Ça serait moralement trop difficile de revenir… D’autant que Jérôme se rapproche dangereusement lacet après lacet. Mince ! Le roi de la route risque bien de donner une leçon aux traileurs dès sa première confrontation au dénivelé positif.

Encore 300 mètres à monter… L’hôtel du Montenvers se rapproche… La pente devient un peu moins raide. Jérôme gagne du terrain dès que c’est roulant Il est maintenant à moins de 50 mètres… Je lui donne moins de 5 minutes avant qu’il prenne fièrement la tête…

Nous continuons de grimper au-dessus de la gare du Montenvers. La pente s’incline à nouveau. La course est rendue difficile par quelques passages neigeux. Je jette un œil derrière moi et ne vois plus Jérôme. Étrange… D’autant que nous sommes sortis du bois et qu’il devrait être visible juste derrière. A-t-il craqué ? A-t-il cru que l’arrivée était la gare ? Je ne le saurai pas…

Chamonix 9

Plus que 100 mètres avant d’atteindre la barre symbolique des 1000 mètres de D+. La pente est toujours raide mais le rythme ne faiblit pas. A peine deux mètres sépare le trio de tête. Nous finirons dans un semblant de sprint en côte mais avec l’impression de voler dans un paysage sublime qui laisse découvrir un des plus beaux panoramas du monde.  La Mer de Glace semble monter jusqu’au ciel, bloquée à l’horizon par les impressionnantes et mythiques Grandes Jorasses. A notre gauche, les Drus imposent le respect, érigées comme les gardiennes du temple.

Chamonix 5Un temple de plusieurs millions d’années mais malheureusement en danger. Ça fait une vingtaine d’années que je ne suis pas venu ici mais je fais le triste constat que la Mer de Glace a reculé de plusieurs kilomètres. Le paysage n’en est pas moins somptueux. Assis sur un rocher chauffé par le soleil nous attendrons le reste de la bande, heureux du paysage que nous offre la nature. Certains appellent des proches pour partager cet instant de bonheur simple, d’autres tweettent ou font grossir leur bibliothèque Instagram. C’est magique et même les oiseaux se joignent à la fête !

C’est à contrecœur que nous rejoignons la gare du Montenvers. Nous profiterons malgré tout d’un petit kilomètre de descente dans une bonne humeur communicative pour imiter Kilian dans un décor digne d’une pub Salomon.

Chamonix 10

Nous prenons encore quelques photos en attendant le petit train du Montenvers puis retour dans la vallée. Je conseille à tous enfants (petits et grands) en visite à Chamonix de faire au moins une fois l’aller ou le retour (ou les deux), même si les tarifs peuvent dissuader (22 € la descente pour un adulte)

Chamonix 6

Chamonix 8Retour à l’hôtel Alpina. Après une douche rapide, nous nous retrouvons dans l’un des salons de l’hôtel. Un buffet nous attend que nous ne tarderons pas de dévorer goulûment. Nous passerons une bonne partie de l’après-midi à parler Suunto (ben tiens !) et entraînement au trail. Fabien nous fait profiter d’excellents conseils pour mieux s’entraîner. Il nous en apprendra même sur Movescount ! Grâce à lui, l’application n’a maintenant plus aucun secret pour nous.

Plus tard, le groupe fera part à Terho Lahtinen, Product Concepts & Innovation Manager chez Suunto Finlande, de nos demandes d’amélioration. Il nous écoutera avec grand intérêt et nous quittera en fin d’après-midi avec une liste de course d’une trentaine de demandes d’amélioration. Une nouvelle preuve que Suunto est à l’écoute de ses utilisateurs à travers le monde. Une mondialisation qui, par ailleurs, crée parfois la frustration. En effet, c’est avec surprise que nous apprendrons que l’entrainement par intervalles, cher aux utilisateurs français, n’est en fait qu’un souhait propre à notre pays et n’est absolument pas réclamé par le reste du monde. Comme quoi les évidences pour les uns… Bref, je pense que notre groupe de blogueurs a dignement représenté le temps d’un après-midi les utilisateurs français et même si seulement 10% de nos retours permettent à l’Ambit2 d’évoluer, nous en seront très fiers.

Chamonix 11

Nous terminerons l’après-midi par un atelier en extérieur de navigation GPS. Pour avoir testé plusieurs fois la fonctionnalité, c’est un pur régal de simplicité et de précision, même si, là encore, la navigation reste perfectible avec notamment le besoin d’avoir un zoom supplémentaire pour visualiser parfaitement sa trace (vue à 100 mètres). Peut-être dans une future mise à jour ? C’est en tout cas notifié dans la liste de Terho.

Chamonix 12

A 18h30, le groupe se disperse avec regret. La journée est passée trop vite alors que nous avions encore des milliers de choses à nous raconter… C’est quand vous voulez pour la prochaine !

Le retour se fera comme l’aller, c’est à dire avec l’impression d’avoir été téléporté de Chamonix à Aix en quelques minutes.

Merci à Franck pour l’invitation et la super organisation de la « Suunto Day ». Merci à Fabien pour sa bonne humeur, son savoir et son professionnalisme qui fait la réputation des Guides de Chamonix. Merci à Hervé, Terho et Franck d’avoir répondu à nos questions… chiantes parfois, indiscrètes souvent, en toute transparence et sans tabou. Cette journée n’était pas une opération séduction mais bien une journée de partage entre sportifs passionnés et je peux vous assurer que chez Suunto y’a du lourd ! Enfin merci aux blogueurs présents pour cette super journée partagée ensemble. C’est  une chance de vous connaître. Vous restez pour les « petits nouveaux » comme moi une intarissable source d’inspiration.

La vidéo de David

LA VIDÉO DE Julien

A SUIVRE PROCHAINEMENT : LE TEST DE LA SUUNTO AMBIT2

About these ads

15 réflexions au sujet de « Suunto day Chamonix »

  1. Belle opération de Suunto qui ne s’est pas contenté de vous abreuver d’arguments publicitaires. C’est très malin et surtout constructif. Et puis, quelle journée ! Ça a l’air magnifique ! Mention spéciale pour la photo avec l’aigle, j’adore.

    • c’est pas un aigle, c’est un chocard à bec jaune ;)

      Effectivement, c’était une super journée ! bien content d’avoir fait ta connaissance en tout cas !

      • Tout pareil !
        J’espère que tu seras en meilleur forme la prochaine fois… et que tu auras des bâtons moins grands :)

    • C’est clair que c’était une super opportunité. J’en ai profité un max tu penses bien ! Ca fat plaisir de voir de dernière certaines marques, ce sont avant tout des hommes passionnés.
      J’ai juste regretté de ne pas pouvoir rester sur place pour profiter du week-end qui suivait… Mais les obligations familiales, tu sais ce que c’est :)

  2. Ping : Suunto day Chamonix | Trail running et sports d...

  3. Ping : Kilomètres Vertical au Montenvers - Mangeur de Cailloux

  4. Ping : Test de la Suunto Ambit2 (Part 3) | Highway To Trail

  5. Ping : 2013 pour toujours ! | Highway To Trail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s