Le Raid du Queyras, un petit trail qui deviendra grand !

Raid du Queyras 2013

Grand Raid du Queyras 2013J’ai attendu la dernière minute pour m’inscrire à ce trail. Pourtant il me faisait envie depuis plusieurs mois. Au départ je pensais m’inscrire sur le long parcours de 123 km et 8300 m de D+. Mais à deux mois de la TDS ce n’était franchement pas raisonnable. Les semaines ont passé, des changements dans ma vie professionnelle m’ont écarté temporairement des courses. Puis 5 jours avant l’échéance Brice, un collègue de travail, me propose de faire le parcours de 58 km pour 3800 m de D+ (plus proche de 3100 m à mon GPS). Entre temps l’organisation du Grand Raid du Queyras nous apprend que le parcours long est supprimé pour des raisons de sécurité, la neige étant exceptionnellement abondante pour la saison. Comme la majorité des grands trails alpins de ce début d’été, le Grand Raid du Queyras connaît la même punition et se voit écourté.

Ça sera donc le petit parcours pour Brice et moi. Le sort fait finalement bien les choses car il a choisi pour moi. Je n’aurai aucun regret de ne pas faire le long et à la fois la fierté d’être présent sur une première édition. C’est avec le sentiment que nous allons vivre une belle aventure que nous prenons la route vendredi soir, direction Guillestre. Je ne vois pas passer les 2h30 de route malgré le confort tout relatif de ma vieille voiture. Avec Brice, inscrit également sur la TDS, on a un paquet de choses à se raconter.

C’est agréablement surpris qu’à plus de 21h sur Guillestre nous arrivons à retirer nos dossards. Les bénévoles n’ont pas hésité à travailler jusqu’à tard dans la nuit pour accueillir les coureurs avec le sourire. Des signes qui ne trompent pas et qui nous alertent déjà sur le fait que cette course sera magique…

Tiraillé par la faim, nous choisirons le restaurant le plus proche de l’aire d’arrivée, soit à quelques mètres. Nous mangerons copieusement dans un cadre chaleureux. La patronne est ravie de cette invasion providentielle de clients en baskets et n’hésite pas à nous le dire. Ça fait plaisir de voir des commerçants heureux.

À la sortie du restaurant, nous reprenons la route pour nous rendre à Aiguilles, le village du départ de la cours, situé à 25 km de Guillestre. C’est à la nuit tombante que nous traversons la magnifique vallée du Guil et carrément en pleine nuit que nous entrons dans Aiguilles. Nous trouverons de quoi planter la tente au camping municipal qui semble presque désert.

C’est avec l’impression de ne pas avoir fermé l’œil de la nuit que le réveil de l’iPhone nous lève à 5h30. C’est dur ! On décolle très vite pour rejoindre le village, histoire de trouver de quoi prendre un petit déjeuner. On se contentera seulement d’un petit brownie car la seule boulangerie ouverte d’Aiguilles n’a pas encore terminé de préparer ses viennoiseries, ce qui semble contrarié Brice, habitué aux petits déjeuner copieux les matins de course.

Nous rejoignons l’aire de départ. Je croise Richard et Christophe avec qui nous échangeons quelques mots avant le départ. Il fait encore frais et j’enfile mon coupe-vent Salomon S Lab Light Jacket. Je sais que je ne la garderai pas longtemps car le parcours va s’élever rapidement et nous atteindrons vite la limite du soleil.

Raid du Queyras 2013

Le Maire d’Aiguilles armé de son fusil de chasse donne un départ à l’ancienne à 7h00 pile. Pour une fois je ne pars pas comme une balle. Je reste tranquillement positionné dans les cinquante premiers. Pas d’affolement dans le peloton, chacun sait que cette course sera éprouvante et qu’il est inutile de s’emballer tout de suite. Au programme des premières réjouissances : 300 mètres de montée sur 3,5 km, puis 3 km de faux plat montant pour ensuite rencontrer la première difficulté, 600 mètres de D+ d’un bloc jusqu’au col de la Crèche. J’entends un coureur revenir rapidement sur moi dans la section en faux plat. C’est Denis du CCCP qui m’a reconnu et me rejoint pour tailler une bavette. Nous discuterons un bon moment avant qu’il parte à son rythme à la première côte. Je le garderai en ligne de mire un bon moment sans chercher à m’accrocher car il est d’un niveau bien supérieur au mien.

Raid du Queyras 2013Raid du Queyras 2013Comme prévu j’enlève très vite mon coupe-vent. Il fait super bon ce matin et pour l’heure le ciel est bien bleu. Les conditions météo sont idéales et le Queyras toujours aussi beau. J’arrive à la montée du col de la Crèche et ses 600 mètres de D+ non-stop. Nous alternons les passages en forêt de mélèzes et en alpage avec une dernière section bien raide dans un pierrier à 1780 m. Cette montée est négociée rapidement sans aucune difficulté et à rythme bien soutenu. Mes grosses sorties dénivelés de ces derniers mois me donnent un réel avantage en montée. Je grimpe vite et sans difficulté, doublant de nombreux coureurs déjà en souffrance. On rebascule sur l’autre versant pour entamer une belle descente de 2 km jusqu’à la Bergerie de Péas. C’est magnifique et je prends un plaisir immense. La descente sur terrain souple dans la forêt est de toute beauté. Je me surprends à pousser des cris de joie comme un gamin à la sortie de l’école. Je suis particulièrement heureux d’être ici, sur cette première édition qui marquera sans aucun doute le début d’une course mythique. A la beauté sauvage des paysages se mêle la gentillesse des signaleurs qui auront tous un mot sympa pour les coureurs. On sent une très forte mobilisation de leur part et la volonté de marquer positivement les esprits des participants.

Raid du Queyras 2013

Un peu plus loin, Cyril Bussat de PhotosSports commence à mitrailler. Il a lui aussi un petit mot d’encouragement pour les coureurs entre deux rafales. Une courte mais coriace bosse de 250 mètres de haut nous fait rejoindre la Serre de Crépaud puis un long sentier plat où les plus hauts sommets du Queyras sont maintenant nettement visibles sur notre gauche. C’est d’ailleurs là-bas que devait passer le long parcours de 123 km, dans un cadre encore plus beau que celui que nous empruntons. Pour l’heure, je file sur un sentier de rêve à la vue dégagée où un signaleur a carrément placé un hamac entre deux mélèzes pour profiter du panorama.

Nous pénétrons à nouveau dans la forêt épaisse et c’est parti pour un bon kilomètre de descente ludique et rapide jusqu’au village de Souliers, l’emplacement du premier ravitaillement au kilomètre  17. Je prends juste le temps de remplir ma poche à eau et je repars. Il est à peine 9 heures et je suis surpris de voir déjà pas mal de spectateurs nous encourager. A croire que la totalité des Queyrassiens se sont passés le mot pour assurer un accueil quatre étoiles aux invités du jour.

A la sortie du village le chemin grimpe à nouveau pour rejoindre le lac de Souliers, situé près de 500 mètres plus haut. Dans cette seconde difficulté un coureur me doublera en montée… Il sera le seul de la course. Mais je suis impressionné par sa vitesse ascensionnelle. A la limite du lac, nous rencontrons les premiers névés. Le ciel s’est soudain assombri et une légère bruine commence à tomber, nous rafraîchissant à peine. J’ai beau connaître parfaitement ce coin, je n’en reste pas moins émerveillé. A croire que l’effort de course exacerbe les sentiments je suis proche de l’extase d’être au milieu d’un environnement si beau.

Raid du Queyras 2

Passé le col il faut redescendre sur 3 magnifiques kilomètres roulants. A la sortie d’une forêt, nous coupons la mythique route de l’Izoard. J’ai à peine le temps d’admirer sur ma droite la Casse Déserte, l’une des merveilles naturelles du Queyras, qu’il faut à nouveau plonger dans un long pierrier qui rejoint la vallée d’Arvieux. L’ambiance est minérale à souhait. J’en suis au 24ème kilomètre et à 3h23 de course. Un premier coup de fatigue se fait sentir mais rien d’alarmant.

Raid du Queyras 2013

A Brunissard nous empruntons une petite portion de bitume pour reprendre un single track qui longue le torrent de l’Izoard pour s’élever tranquillement une centaine de mètres plus haut à l’approche de La Chalp. Cette portion très roulante est fatigante et c’est avec soulagement que j’atteins le ravitaillement d’Arvieux. Cette halte sera un peu plus longue que la première. Il faut dire aussi que les bénévoles sont tellement sympas que je n’ai pas envie de repartir. D’autant qu’une fois reparti, c’est 1000 mètres de montée qui m’attendent.

Raid du Queyras 2013

Les premiers 400 mètres de dénivelé sur une large piste carrossable sont éprouvants car le rythme est toujours intense. Les jambes tiennent bien mais les bras nettement moins (Je ne l’ai pas précisé mais je cours avec des bâtons). Je ne suis pas spécialement fan de cet accessoire mais comme je prépare la TDS et que le terrain s’y prête bien, j’ai sorti mes Black Diamond Ultra Distance Z- Pole de leur housse le temps de cette course. En attendant, la poussée de bâtons me tétanise les bras et c’est avec l’envie de m’écrouler dans l’herbe fraîche que j’arrive au col de Furfande à 2500 m d’altitude. Les encouragements de Florent de la boutique Passion Course ont du mal à me rebooster. Je salue au passage sa performance du jour : Il aura fait les 37 premiers kilomètres du parcours en mode rando course pour vérifier le balisage et aura passé le reste de la journée à 2500 m pour encourager les coureurs. Bravo champion et merci ! 

Raid du Queyras 2013

Ça n’empêche que j’ai beaucoup laissé d’énergie dans la montée et c’est à une allure très modérée que j’amorce la bascule. Un coureur que je venais de rejoindre en montée disparaît à l’horizon dans la descente. C’est confirmé, j’ai du mal maintenant à dérouler. Dommage car désormais c’est quasiment 20 km de descente…

J’arrive toutefois à doubler des coureurs en souffrance. D’autres me dépassent. L’un dans l’autre je conserve à peu près ma position. Le rapide passage au Col Garnier soulage un peu mes genoux qui commencent à souffrir. La descente qui suit me fait mal à nouveau. C’est avec soulagement que j’accueille les nombreux faux plats que je rencontre jusqu’au dernier ravitaillement improvisé à proximité de la route D371. J’hésite à passer tout droit mais j’ai peur de manquer d’eau jusqu’à l’arrivée. Il reste moins de 10 kilomètres certes, mais vu mon état j’ai peur de m’éterniser. Je reste donc prudent et m’arrête rapidement pour faire le plein. Derrière un groupe de 5 coureurs arrivent à toute vitesse. Mince ! Pas le temps de souffler plus longtemps !

Raid du Queyras 2013

Les deux kilomètres suivants sur le bitume sont à la limite de la torture. Chaque foulée me brûle les pieds et me fait terriblement mal aux genoux. Vu l’intensité donné tout le long de la course, ce n’est pas non plus une surprise. La résistance du corps commence à atteindre ses limites, c’est désormais le mental qui doit prendre le relais. Je mets en route quelques techniques éprouvées à l’entrainement comme le découpage de l’itinéraire qu’il reste à parcourir, les pensées positives. Je détourne mon attention de la douleur en chantant un refrain entêtant ou en comptant les sommets à l’horizon. Bref, tout est bon pour écarter la douleur. Ça fonctionne car j’ai l’impression de reprendre de la vitesse en rattrapant et doublant un duo de coureurs.

Guillestre apparaît alors clairement 200 mètres plus bas. Mais entre le flanc de la montagne et la ville, un profond canyon nous sépare… Nous aurons le torrent du Guil et surtout une dernière côte très raide de 100 m à franchir avant de gagner l’arrivée. Allez, on ne lâche rien et on serre les dents !

C’est alors que mon pied droit bute contre une pierre. Je n’arrive pas à retrouver l’équilibre et pars en vol plané à mach 2 au-dessus du pierrier. Je me réceptionne à plat ventre quelques mètres plus bas. J’ai la main et le genou en sang. Sous l’impact le cardio s’est détaché et les poches de mon sac se sont vidées. Les deux coureurs qui me suivaient m’aident à me relever et ramassent mes gels éparpillés, persuadés au regard de la tête qu’ils font que mon état est inquiétant. Mais non, tout va bien. Je les remercie et je peste me traitant d’abruti pour chuter si près de l’arrivée. Après coup, il valait mieux que ça soit près de la ligne car cette tentative d’apprendre à voler m’a bien cassé le moral. Tout en courant je mettrai un temps fou pour tout remettre en place perdant de précieuses secondes sur les deux coureurs qui dorénavant me précèdent.

La dernière montée se fera dans la douleur. J’ai chaud, je ne suis pas bien. Mais dans deux kilomètres c’est la délivrance. Le retour du bitume annonce l’arrivée toute proche. J’accélère mais le corps à du mal à répondre. Il en a marre et moi aussi. Un signaleur m’annonce qu’il ne reste plus que 500 mètres. Yes !

Raid du Queyras 2013C’est exténué mais heureux que je passe la ligne. Heureux d’avoir pris un pied phénoménal quasiment tout le long du parcours et de m’être bien mis minable. Il me faudra un peu plus de temps que d’habitude pour retrouver mes esprits. L’espace d’un instant, j’ai été à la limite du malaise vagal. Heureusement les étoiles devant mes yeux vont vite se dissiper. On m’annonce le classement : 25ème au scratch et 10ème V1. Je suis fou de joie d’autant plus que cette course « à domicile » me tenait énormément à cœur. La gentillesse des bénévoles et le parcours sans faute de l’organisation rendront cette fin de journée encore plus belle. C’est avec la tête encore en haut des sommets du Queyras que j’attendrai Brice qui arrivera 2 heures et 43 minutes plus tard. Il est aux anges lui aussi car son tendon d’Achille, qui le fait souffrir depuis des mois, ne s’est pas manifesté durant les 58 km de ce trail. C’est en hurlant qu’il m’annonce qu’il sera présent lui aussi à Chamonix fin août pour courir la TDS !

Nous aurons du mal à partir tant l’ambiance d’après course est sympathique. Comme à chaque fois, on refait la course avec les collègues et les inconnus qui ont envie de prolonger ces moments de bonheur. J’aurai même la surprise de retrouver complètement par hasard un copain que je n’ai pas vu depuis au moins 20 ans et qui lui aussi a fait la course. C’est fou ! Un autre coureur, Nicolas, ira lui demander la main de sa copine juste avant de passer la ligne. Le Queyras est décidément un lieu magique qui permet aux choses les plus folles ou improbables de se réaliser !

Raid du Queyras 1Mes yeux brillent d’un éclat emprunté au col de la crèche
J’ai porté si près de mon cœur ce diamant
Choisissant d’y graver de ce pèlerinage mes sentiments
Dans tes larmes de joie, une espérance j’y prêche
Place de Guillestre, finish line Grand Raid du Queyras, Hautes Alpes, juin 2013
(Texte et photo de Akuna)

Crédit photo : PhotosSports
Voir la course sur Movescount

Résumé Trail Raid Du Queyras 2013

Distance

Dénivelé

Chrono

Classement

FC Moyenne

Lieu

58 km

3800 D+

7:43:38

25/181

(10 V1M)

139 bpm

76%

Aiguilles /

Guillestre

Advertisements

27 réflexions au sujet de « Le Raid du Queyras, un petit trail qui deviendra grand ! »

  1. Magnifique !
    Franchement, je n’ai pas l’habitude de lire les CR de trail mais, au seul nom du Queyras, j’ai ouvert le tien… et je n’ai pas regretté. Merci 🙂

    • Merci DaJo, ton commentaire me fait très plaisir.
      Tu connais aussi le Queyras ?

      Comme moi, beaucoup de mes connaissances sont tombés amoureux de ce magnifique coin méconnu des Alpes du sud.

      • Je ne connais pas vraiment en fait mais j’ai adoré les rares fois où j’ai pu aller y rouler (Embrunman, Risoul-Vauban). Les paysages y sont magiques, très différents de ceux des Alpes du nord…

  2. Heureux de voir que tu t’es régalé 😉
    Comme j’avais eu l’occasion de te le dire je donnais un coup de main sur la course.
    J’étais posté à Garnier avant de jouer le serre-file sur la fin du parcours et je me suis fait plaisir. Les organisateurs de la course ont vraiment fait un super boulot. En tant que bénévole ce fut un super weekend.
    Comme tu le dis je pense que cette course pourrait bien devenir une référence à l’avenir.
    A+

    • En plus d’avoir fait un super boulot vous aviez tous franchement une bonne humeur communicative et l’envie de donner du plaisir aux coureurs et c’est ça qui a rendu cette journée si réussie.
      Je suis convaincu que cette course va devenir une classique car tous les ingrédients de la réussite sont rassemblés.
      J’ai fait pas mal de trail et généralement elles sont toutes bien organisées, mais samedi il y avait un petit quelque chose en plus.
      Longue vie au Grand Raid du Queyras et merci Maxime pour ta visite.

  3. Pfiou, les photos sont magnifiques ! Bravo pour cette belle course, ton résumé donne tellement envie. Merci d’avoir pris le temps de tout écrire en détail, ça fait plaisir de lire des récits comme ça.
    Bonne continuation !

    • Merci Aurore pour tes messages toujours très gentils.
      Tu vas encore gagner en expérience et tu pourras te confronter dans quelques années à ce type de format. Ce n’est qu’une question de temps et de volonté.

      J’espère que ta cheville va mieux et que tu pourras reprendre rapidement l’entraînement. Par contre attention de ne pas reprendre trop vite au risque de repousser la guérison.

      • Qui sait, j’aimerai bien 🙂
        Ma cheville ce n’est pas ce qu’il y a de mieux, même un mois après.. Patience patience
        Bonne journée

    • Merci Thierry.
      La TDS va être un autre gros morceau c’est clair. Le type d’épreuve où le doute sera présent jusqu’au bout, peut importe la préparation.
      C’est ce qui fait le piment des ultras.

  4. Je n’ai pas une grosse expérience mais déjà qq trails à mon actif et je peux dire que le trail du Queyras est le plus beau auquel j’ai participé : paysages, organisation, répartitions des difficultés, hommogénéïté du parcours, positionnement des ravito, professionnalisme des bénévoles : parfait les gars.
    Et Bravo Fred pour cette belle perf.
    La bière sera bonne à Chamonix fin août.

    • Le comble est que nous avons à peine vu 10% des merveilles du parc.
      C’est pourquoi on devra obligatoirement revenir faire le long l’année prochaine.
      Par contre cette fois tu n’oublieras pas le petit déjeuner 🙂

  5. Y’a du niveau dit donc! Bravo pour la perf et cette belle course!
    Je ne savais même pas que tu étais aligné sur la TDS, ça va être bon ça aussi!

    Et du coup je n’avais pas entendu parlé de ce « raid » et ton récit donne bien envie, j’aime bien le profil descendant sur la fin, bon à part le petit mur, content que tu ne te sois pas fait de mal, j’espère que le short n’a rien non plus, au prix où on paie le matos… 😀

    En tout cas c’est intéressant, le seul problème étant que le WE est déjà bien chargé entre le Marathon et le 80km du Mont Blanc et le Tour des Glaciers de la Vanoise, mais bon au fils des ans il faut faire des choix!

    • C’est vrai qu’en cette période il y a des choix à faire parmi tous ces beaux trails de montagne.
      J’ai un ami qui me parle depuis deux ans du Marathon du Mont Blanc et je pense que je vais l’inscrire pour l’année prochaine. Ton super CR à fini de me convaincre.
      On aura probablement l’occasion de se croiser bientôt vu que tu t’approches dangereusement du sud de la France 😉

      • Yes. Je mange des cailloux presque tous les week-end sur la Sainte Victoire. Le pire c’est que j’aime ça.
        Tu vas voir, habiter dans une région à (gros) dénivelé va te faire progresser comme un ouf !

  6. Ping : Le Raid du Queyras, un petit trail qui deviendr...

  7. Bonjour,
    Beau compte rendu qui donne envie. Faut dire que j’avais envie de faire ce trail depuis qu’on m’en a parlé pendant le Trail des Ecrins (la semaine précédent le trail du Queyras). Je suis nouveau dans le trail, pas très bon et j’habite Paris, alors je dois bien faire attention dans leur sélection.
    Mais j’adore le Queyras et ton récit + photos m’ont bien confirmé que j’allais m’y inscrire l’année prochaine

    • Viens t’inscrire Philippe, tu ne seras pas déçu, sachant que les passages les plus beaux et sauvages étaient sur le long parcours.

      Je suis persuadé que ça sera encore mieux l’année prochaine. En plus ça te laisse le temps de bien te préparer car c’est vrai que vous, les habitants des plaines, avez du mérite à vous lancer sur ce type de parcours au regard du peu de dénivelé qui vous entoure…

      Merci pour ton passage.

  8. Ping : Sac d’hydratation Oxsitis Hydragon Ace 17L | Highway To Trail

  9. Ping : 2013 pour toujours ! | Highway To Trail

  10. salut,
    dans 4 mois, j’y suis et j’ai déjà hâte…surtout en lisant des CR comme le tien.
    je m’interroge cependant en regardant tes quelques photos ou celles sur le site de la course sur la technicité des sentiers…je vois pas mal de jolis sentiers roulants et pas beaucoup de single techniques…et ça m’inquiète un peu car je n’aime pas trop courir !!!

    • J’y serai probablement à nouveau cette année, sur le court. C’est le même parcours que l’an dernier mais à l’envers. Ça n’en sera que mieux pour le paysage.
      C’est vrai que tu ne trouveras pas de passages très techniques (par rapport à ce que je peux trouver par chez moi) mais ne t’inquiète pas, tu auras de quoi faire chauffer les cuisses en montée et casser un max de fibres en descentes.
      Tu es inscrit sur le long ou le court ?
      Si je n’avais pas la TDS en août, j’aurais fait le long. Le parcours, qui suit majoritairement le GR58 est sublime… Et je pèse mes mots.

      • salut,
        je suis sur le long…petit pallier (distance) à franchir après l’UT Beaufortain l’année dernière.
        Pour toi, 2 mois avant, ça pourrait presque passer !!
        Je pense et espère aussi que ça sera sublime (y’a juste la variable météo qui peut gâcher). En plus, au vu du rythme des inscriptions, ça risque d’être en nombre très limité et intimiste, ce qui me plait bien.

      • Oui, ça restera intimiste même si le nombre des inscriptions devraient s’accélérer vers la fin et je peux te garantir que si la météo est avec nous tu devrais en prendre plein les yeux.

  11. Ping : Raid du Queyras, la longue descente | Highway To Trail

  12. Ping : TDS 2014 : Aventure(s) autour du Mont Blanc | Highway To Trail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s