Bilan 2014

Bandeau Bilan 2014Jusqu’à aujourd’hui je n’étais pas très à l’aise pour partager mon bilan de fin d’année. Ça reste une démarche personnelle qui, en fin de compte, n’intéresse personne à part celui qui le rédige.

Je ravise mon jugement cette année. Je ne suis toujours pas plus à l’aise pour regarder mon nombril devant vous… C’est pourquoi je vais essayer de rendre ce bilan utile pour un coureur débutant ou confirmé et qui souhaiterait avoir des éléments de comparaison.

Pour ça rien de mieux qu’un bon vieux bilan chiffré avec 2013 comme année de comparaison.

2013

2014

Course à pied

KILOMÉTRAGE annuel

1512 km

1635 km

Moyenne mensuelle

126 km/mois

136 km /mois

Moyenne hebdomadaire

30 km/semaine

31 km/semaine

Durée

190 h

222 h

Répartition

36% route / 64% Trail

34% ROUTE / 66% TRAIL

Dénivelé annuel

63.921 m D+

74.597 M D+

Compétition

Nombre

13

11

Kilométrage

476 km

418 km

Durée

65 H

66 h

Entrainement

190 h

222 h

Nombre de sorties

74

85

Durée

124 h

155 h

Moyenne sorties

1,5 sorties/semaine

1,6 SORTIES/SEMAINE

Autres Activités : VTT

Nombre de sorties

16

3

Kilométrage annuel

539 km

91 km

Cumul dénivelé

5182 m D+

698 m D+

AUTRES ACTIVITÉS : Randonnée

Nombre de sorties

11

10

Kilométrage annuel

135 km

91 km

Cumul dénivelé

8463 m D+

4592 m D+

 Points marquants

Un volume d’entrainement aussi faible qu’en 2013 mais beaucoup plus axé sur le dénivelé (+ de 10000 mètres de plus). Cette année fût intense sur le plan professionnel et m’a empêché de m’entrainer comme je le voulais. Du coup j’ai compensé par des sorties plus qualitatives qu’en 2012/2013. Beaucoup de sorties au seuil (aérobie et anaérobie) et en côtes pour travailler la résistance et le mental en course.

Depuis 6 mois Strava est devenu un bel outil de motivation et de dépassement, m’obligeant à tirer sur la bête à l’entraînement pour décrocher des KOM (King Of Mountain) sur les parcours que je fréquente. Un bon moyen de faire des séances dures en côtes tout en gardant un côté ludique. De plus STRAVA m’a permis de faire de nouvelles connaissances et reste un bon complément à Movescount.

Côté compétition, pas de grand changement par rapport à 2013. J’ai fait à peu près les mêmes courses, par contre en début d’été j’ai connu la lassitude et perte d’envie. Tout est rentré dans l’ordre au moment de la TDS. Par contre je garde cet événement comme une alerte à savoir qu’il est difficile de concilier vie familiale, vie professionnelle intense et « haut niveau » en course à pied. La vie est ainsi faite et à certains moments de sa vie on doit prioriser l’un plus que les autres.

Très peu d’activités complémentaires comme le vélo et la randonnée par manque de temps. Dommage car ces activités sont importantes pour progresser et éviter la lassitude. En effet elles ont énormément contribué à la réussite de ma TDS 2013.

Socialement j’ai été nettement moins présent sur ce blog et les réseaux sociaux. J’ai laissé de côté les tests de matériel qui demandent beaucoup d’investissement personnel. Je vais essayer d’y revenir en 2015 d’autant que l’offre des équipementiers est de plus en plus riche et qu’un pratiquant non averti peu vite s’y perdre (et perdre son argent). Par contre j’ai toujours autant de plaisir à échanger avec la communauté réelle et virtuelle du trail running et de la course à pied en général.

Meilleurs souvenirs 2014

Mon podium au Trail de Mimet. Plus que le podium c’est surtout la sensation d’avoir fait la course parfaite.

La TDS avec Jeff et Maxime. Je suis également assez fier du récit que j’en ai ramené.

Mon record sur la « Killing Bode » que je n’avais pas battu depuis juin 2012. La « Killing Bode » est un parcours d’entrainement que je réalisais souvent avec des collègues lorsque je travaillais sur l’Estaque. C’est un parcours de seulement 10 km mais à la difficulté incroyable : Des montées courtes mais très raides qui explosent les cuisses, des descentes très casse gueule, un parcours où il faut sans cesse relancer et aller très vite sur les faibles parties roulantes ; Bref un circuit où les jambes et le cardio sont mis à très rude épreuve. Ça reste un parcours splendide dans un environnement qui l’est moins (présence de l’autoroute et d’une décharge) mais la vue permanente sur la mer fait oublier ces désagréments. En tout cas j’ai beaucoup progressé physiquement et mentalement grâce à ce terrain d’entrainement… Et mon record ne demande qu’à être battu !

Pire souvenir 2014 

Mon abandon au Raid du Queyras. Je n’avais pas encore connu pires sensations en course. L’abandon fût une délivrance alors que je n’avais aucune douleur. Mais mentalement, j’étais extrêmement faible. Un mauvais souvenir mais une riche expérience !

Et pour 2015 ?

Rien de définitif pour l’instant mais je suis motivé pour participer au Challenge des Trails de Provence mais principalement sur les Trails Courts afin de retrouver un peu de vitesse.

Les ultras feront leur apparition à partir de cet été, notamment l’UTMB si le tirage au sort m’est favorable. Réponse dans quelques semaines…

Pour compléter tout ça j’ai vraiment des envies de découverte en 2015 comme participer à des courses dans des régions (et des pays) que je ne connais pas. J’ai également très envie d’organiser des off entres amis, comme, par exemple, le projet de réaliser le Tour du Queyras (environ 130 km) en un week-end. J’y pense depuis deux ans, peut-être que je trouverais des volontaires pour le réaliser cette année…

Et après ?

Je n’ai pas encore fixé d’échéance mais je rêve de pouvoir participer à un ultra aux USA comme la Western States, la Hardrock 100 ou un autre ultra mythique. En plus du dépaysement c’est l’aspect « roots » de ces courses qui m’attire. Plus globalement c’est découvrir le trail à travers le monde qui me fait rêver pour les années à venir. Un très bon moyen de concilier sport et vie de famille (en vacances) pour le coup !

Publicités

7 réflexions au sujet de « Bilan 2014 »

  1. Ca reste un bon moyen pour d’autres coureurs de voir de manière global comment tu construis ton année ! C’est sûr que je pourrais aller voir les chiffres et les sorties sur Strava ou Movescount, mais pour faire une synthèse, c’est compliqué. Là je vois des choses intéressantes. le nombre de sorties par semaine paraît super faible ! C’est une moyenne, mais quand même. Ca donne des points de comparaison très intéressant sur les volumes. Intéressant de voir la part de rando et vélo dans les deux années et l’influence que tu décris. Bref. C’est pas si nombriliste que ça !

    • T’as raison, ça permet de voir comment construire son année et peaufiner sa préparation.
      On voit que pour réaliser un ultra pas besoin d’un volume monstrueux mais plutôt adapté (travailler le dénivelé par exemple).
      Après je pense qu’en 2014 j’ai vécu sur mes acquis (les années cumulées comptent en trail) et que j’ai peu, voire pas progressé.

      • Mais au bout d’un moment, la progression est-elle nécessaire ? Et la progression, c’est quoi ? Etre plus rapide ? Ou mieux gérer ses courses ? Tu as des objectifs de progression importants ? Je vois des courses plus longues à terme non ? Un 160km, je sais pas si tu as déjà fait. Mais après, est-ce une finalité pour toi de sentir que tu as progressé sur ton année ? Je me pose la question, parce qu’au bout d’un moment, si on se focalise sur la progression, il risque d’y avoir une baisse inéluctable (rien qu’à cause de l’âge…), et il faudrait pas que ça fasse trop mal à la tête (je parle du cas général bien sûr, toi, moi, n’importe quel coureur).

      • Une réflexion intéressante.
        Progresser serait pour moi continuer à être fier de réaliser des choses que je pensais hors de ma portée auparavant, que ce soit un chrono, une distance, la maîtrise d’un effort très long, etc.
        Dans tous les cas c’est lié à l’intensité de la pratique. Tant que j’arriverai à me faire mal physiquement et mentalement en course et à l’entraînement, j’aurai le sentiment de progresser.

  2. Salut Fred, très interessant comme bilan. Je vois que tu as un peu laissé tombe le vélo? Je crois que c est un très bon entraînement pour les ultras… On croise les doigts pour l’UTMB!
    Sylvain C.

    • Merci Sylvain. C’est vrai que le vélo est un très bon complément pour préparer un ultra mais j’ai cruellement manqué de temps (et un peu d’envie) cette année. J’espère que je saurai conserver la motivation que j’ai actuellement en 2015. Puis il faut bien arriver en super forme à Gémenos, j’ai un titre à conserver 😉

  3. Ping : Bilan 2015 | Highway To Trail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s