Matériel et équipement qui m’ont accompagné en 2014

Matériel & équipement trail

Je profite de la période du bilan pour faire une mise à jour des pages concernant l’équipement et le matériel. Même si je me suis un peu calmé en 2014, j’ai continué à acheter beaucoup (trop ?) de matos. Je n’y peu rien, j’adore ça… Allons-y et passons en revue l’équipement et le matériel qui m’ont marqué cette année.

SALOMON S-LAB ADVANCED SKIN Hydro 12 SET

Salomon S-Lab Advanced Skin Hydro 12 SetMon sac dédié aux Ultras. Il aura été mon fidèle compagnon de la TDS 2014. C’est le sac presque parfait. Il est ultra léger (320 grammes) et épouse parfaitement le haut du corps. En effet il ne bouge absolument pas en course. Il est livré avec deux gourdes isotherme flexible de 500 ml (soft flask). J’en ai rajouté une troisième que je range dans la longue poche transversale arrière pour avoir 1,5 litres en course. Du coup, pas besoin de rajouter une poche isotherme (non livrée avec le sac). Les soft flasks présentent l’avantage de se remplir facilement comparativement à une poche à eau, de prendre très peu de place et de pouvoir varier les boissons. La fameuse grande poche transversale est géniale car elle permet de prendre et de ranger facilement un coupe-vent en course sans avoir besoin de retirer le sac. Le seul reproche que je ferais est la longueur un peu courte du zip de la grande poche arrière qui rend le rangement peu pratique, surtout après plusieurs heures de course et à la lumière d’une frontale. Point d’attention, le mesh extensible du sac n’est pas étanche. Il faut donc bien penser pour les sorties longues à mettre à l’abri de la pluie et de la transpiration son téléphone portable et ses vêtements de rechange. Pour ça, une simple pochette plastique et un sac poubelle font l’affaire. Bref, un super sac haut de gamme taillé pour la compétition.

Salomon S-Lab Advanced Skin M Belt Set

Salomon S-Lab Advanced Skin M Belt SetD’un poids plume de 125 grammes, cette ceinture livrée avec une soft flask de 500 ml est une tuerie ! Elle ne me quitte plus à entrainement et sur les trails de moins de 30 km. Elle permet d’emporter le strict nécessaire comme des gels, son portable, ses clefs mais aussi un coupe-vent du type Salomon S-Lab Light Jacket M. Cette ceinture accueille aussi, bien évidemment, de quoi s’hydrater. La poche avant permet d’emporte 500 ml de boisson soit une soft flask de 500 ml ou deux soft flasks de 250 ml. Si la poche arrière n’est pas encombrée par un coupe-vent ou un portable, elle pourra accueillir encore une soft flask de 500 ml, soit 1 litre au total. De quoi faire une belle sortie avec un encombrement minimum. Petit défaut, la ceinture à tendance à se desserrer en courant mais heureusement elle se réajuste très facilement sans avoir besoin de quitter la route des yeux. Le rangement des flasks dans la ceinture n’est pas très aisé en courant mais c’est un coup à prendre. La flask rangée dans la ceinture présente l’avantage d’épouser la forme du corps et donc de ne pas ballotter. Comble du bonheur, vous entendrez aucun bruit. En effet, pour peu qu’on soit sensible aux sons de la nature, le bruit du liquide qui ballotte dans une gourde rigide devient vite insupportable. Une ceinture qui remplit parfaitement son rôle, à savoir se faire oublier.

Compressport Ultra-Trail : Maillot et cuissard

Compressport Ultra Trail HautCompressport Ultra Trail basUne fois n’est pas coutume j’ai fait une infidélité à Salomon en m’équipant de ce cuissard et maillot Compressport conçus en série limitée à l’occasion de l’UTMB 2014. J’ai profité d’une belle promo pour me faire plaisir car l’ensemble, au prix normal, avoisine les 200 €. Des tarifs qui n’ont rien à envier à ma marque de prédilection. Côté design, c’est superbe et ça se rapproche presque des tenues de triathlon ou de cyclisme. Sur le maillot et le short on trouve des poches idéalement placées pour y ranger ses clefs, gels et son lecteur MP3. La renommée de la compression by Compressport n’est plus à faire donc je ne n’irai pas m’étaler sur le sujet. D’ailleurs cet aspect à peu d’importance à mes yeux, je recherchais principalement une tenue très « prêt du corps ». En effet, quand on a testé ce type de maillot il est difficile de revenir en arrière et courir avec son vieux tee-shirt finisher, même en textile dit « technique ». Ici les matières sont merveilleusement agréables à porter. Ayant une peau fragile, aucune irritation est à constater. Par ailleurs, le cuissard possède au niveau des cuisses des petites bulles de silicone qui empêche les mains sur les cuisses de glisser dans les montées raides. C’est une bonne idée très pratique ! Le cuissard remonte haut au niveau des reins et présente le double avantages de ne coupe pas l’estomac et de protéger le bas du dos d’un mauvais coup de froid. D’ailleurs le tee-shirt tient bien en place et ne remonte pas au-dessus des hanches comme c’est souvent le cas en course grâce à une bande de silicone à l’intérieur. Après avoir séduit bon nombre de coureurs avec ces manchons de compression, la marque helvète confirme son savoir-faire dans le reste des équipements du traileur. Salomon n’a qu’à bien se tenir !

SALOMON S-Lab SENSE 2 (190 G)

Salomon S-Lab Sense 2Ce modèle gagne 20 grammes par rapport à mes S-Lab Sense Ultra. En plus d’avoir un look encore ravageur, ce modèle gagne en longévité. Il faut dire que mes Sense Ultra ont eu du mal à dépasser les 300 km, difficile donc de faire moins bien. Côté sensations, c’est le bonheur absolu. Incontestablement la meilleure chaussure que j’ai porté. En revanche il faut être habitué à courir sur l’avant-pied car le drop est seulement de 4 mm et l’amorti au niveau du talon est très faible. Cette chaussure est encore plus précise et dynamique que la S-Lab Sense Ultra. Manifestement le modèle que j’aimerais porter même à l’entraînement mais au prix de la paire (même en solde) je les réserve pour les grandes occasions.

SALOMON Sense Mantra 2 (270 G)

Salomon Sense Mantra 2 Salomon Sense Mantra 2Achetées presque deux fois moins chères que les S-lab Sense, elles sont en revanche presque deux fois moins bien. Même si elles sont conçues dans le même esprit que le modèle haut de gamme de Salomon, elles n’ont rien à voir en termes de dynamisme et de précision avec ces dernières malgré un drop de seulement 6 mm. A croire que les 2 mm de plus font toute la différence. Les sensations sont très différentes et nettement moins typées « race »… Elles n’ont pas d’ailleurs cette vocation. Les Sense Matra 2 sont taillées pour l’entraînement sur terrain peu technique où pour les longues distances. Elles sont extrêmement confortables et restent pour moi un très excellent choix pour l’entraînement. Tellement bon choix que j’en ai acheté deux paires de deux couleurs différentes. Une belle promo ne se refuse jamais !

SALOMON S-LAB FEELCROSS 2 (260 G)

Salomon Fellcross 2Une seule grande différence par rapport à la Feelcross première du nom, la forme et la taille des crampons. On a cette fois de larges crampons en caoutchouc en forme de chevrons nettement moins sensibles à l’abrasion de par leur grosseur. Pour le reste on retrouve toujours ce chaussant très étroit qui assure une excellente stabilité et une sensation très près du terrain. Une chaussure véritablement taillée pour les conditions extrêmes. La boue et la neige sont ses domaines de prédilection mais elle sera également très à l’aise sur terrain caillouteux. Sur terrain dur la semelle est aussi très adhérente mais vous aurez le regret de voir s’user prématurément vos précieux crampons. La tige renforcée est toujours de conception très robuste. En fait, c’est l’usure des semelles qui finit par rendre ce modèle inutilisable. Le reste, lui, semble indestructible.

MIZUNO WAVE RIDER 17 (250 G)

Mizuno Wave Rider 17Malgré l’aspect mastoc de la chaussure, ce modèle est très léger une fois chaussé. Côté confort, la marque japonaise fait encore très fort avec ce modèle au look encore très réussi. Je recherchais une chaussure qui possède le meilleur compromis entre le  poids, la stabilité, le dynamisme et l’amorti. Je dois dire que ce côté là je suis entièrement satisfait. La Wave Rider 17 est désormais ma paire fétiche pour les sorties longues en remplacement de mes vieilles (et lourdes) Mizuno Wave Fortis 4 qui commencent à fatiguer.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Matériel et équipement qui m’ont accompagné en 2014 »

  1. les fellcross…. 🙂
    tellement chères, tellement sensibles des crampons.
    Et très étroites aussi. Une pointure de plus m’irait mieux… Du coup j’ai enlevé la semelle intérieur et les orteils respirent vraiment mieux !
    Mais je les aimes trop. Du coup je les réserve pour les conditions « parfaites » : grosse boue, neige…

  2. Tout comme moi. Elle me servent pour les pires conditions et elles adorent ça.
    Ce qui étonnant c’est qu’au bout de 500 km mes feelcross 1 ont les crampons totalement usés (le terrain est très abrassif par chez moi) mais le reste de la chaussure est quasi neuf.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s