Trail nocturne de Bouc Bel Air

Bandeau TNBBA

Trail nocturne de Bouc Bel AirLors d’une sortie running en mars dernier, Antoine Djerrou m’apprenait qu’avec Pierre Gauthier ils avaient l’intention de créer le premier Trail nocturne de Bouc Bel Air. Entre la genèse de cette manifestation et cette soirée du 28 novembre, il s’est probablement passé pas mal de choses pour eux. En plus de leurs entraînements hebdomadaires ils ont dû suer pas mal de litres supplémentaires pour mettre sur pied ce premier Trail nocturne de Bouc Bel Air qui, au final, est une formidable réussite. Bravo à eux deux et merci ! Connaissant la persévérance et la force de travail de ces eux athlètes, je ne suis pas surpris (mais néanmoins admiratif) du résultat : Plus de 350 participants et un plateau de stars régionales que bon nombre d’organisations bien rodées rêveraient d’avoir.

En arrivant vers 17h au Complexe Sportif des Terres Blanches le vent souffle fort et la température doit avoisiner les 5°C. Antoine et Pierre sont évidemment affairés. Ils sont plutôt sereins à 1h du départ. Pour eux les dés sont jetés et le stress est dernière eux… et quel stress puisque qu’à quelques heures du départ la course était sous la menace d’un arrêté préfectoral qui risquait d’annuler purement et simplement la manifestation suite aux attentats parisiens du 13 novembre. Heureusement la chance est de leur côté et le départ aura bien lieu ! La soirée promet d’être magique.

C’est un vrai bonheur de voir son village en liesse un samedi soir de novembre où habituellement il n’y a plus âme qui vive. La majorité des collègues de travail n’ont pas répondu présents. A croire qu’ils préfèrent se préserver pour le désormais célèbre Trail nocturne de Gémenos (lien) qui aura lieu la semaine prochaine. Par contre Pascal et Laurent ont répondus à l’appel ainsi que les meilleurs coureurs de la région. Ce soir, il est évident que les KOM Strava du parcours que se partagent les coureurs de Bouc Bel Air dont je fais partie vont voler en éclat. Les 15 km et 400 m de D+ de la course devraient être bouclés par les meilleurs en moins d’une heure. Nous serons vite fixés…

Trail nocturne de Bouc Bel Air

Le départ est digne d’un ultra de légende et colle des frissons. Après course, Antoine me confiera que son premier départ en tant qu’organisateur est le plus beau qu’il lui ait été donné de vivre. L’émotion est palpable sur les visages même à demi masqués par la lueur des frontales. Mon père immortalise ce moment à la caméra et les fauves sont enfin lâchés. Une bonne descente d’une cinquantaine de mètre permet de démarrer la course à près de 20 km/h, histoire de donner le ton. A peine le temps d’admirer Bouc Bel Air by night que nous entrons dans la forêt de pins pour 2 km de montée usante au doux nom de Carraire du Moulins. Les sensations ne sont pas exceptionnelles et je regrette d’avoir négligé mon échauffement. Au bout d’une dizaine de minutes les jambes répondent enfin. Le commence à doubler du monde sur la dernière portion de la montée. Je dois me situer autour de la 30ème place.

Le parcours bifurque à gauche, toujours sur une large piste mais cette fois le profil est légèrement descendant sur 2 km. Ça va très vite et je me fais reprendre par deux ou trois coureurs. Je récupère  quelques places dès que ça relance. Au cinquième kilomètre le parcours a la bonne idée de repasser par la ligne de départ et nous permet d’être à nouveau encouragé par un public courageux. C’est plein phare et à plus de 16 km/h que je passe la première boucle sans même prendre le temps de saisir le gobelet d’eau qu’un bénévole me tend. Il faut dire qu’avec ce vent froid je n’ai franchement pas soif. Un petit signe de remerciement au public et je trace pour rejoindre la descente du chemin de la Sorcière.

Je relâche un peu pour récupérer dans les 400 mètres de descente puis les affaires reprennent avec la montée en lacets suivie du single du vallon du Pégot. Ce dernier passage est le plus beau et le plus ludique du parcours avec une succession de petites relances bien relevées. C’est aussi le lieu où j’aime venir taquiner les KOM d’Antoine et des habitués de Bouc Bel Air. Je reviens sur un groupe de trois coureurs mais aucune possibilité de doubler ici. Je tente un dépassement à la sortie du single mais le groupe me lâche dès que le parcours devient roulant. Pas grave, j’aurai d’autres occasions plus loin.

Retour au bitume avec la descente du chemin de Valabre. Même à près de 17 km/h de moyenne le groupe devant moi s’éloigne inexorablement. Je reprends le contact au kilomètre suivant dès que ça grimpe à nouveau. C’est au moins cinq places grignotées dans la longue portion en montée. A la respiration des coureurs que je double je sais que c’est gagné et qu’ils ne reviendront pas sur moi. La première féminine tentera bien un dépassement mais elle sera immédiatement rejointe à la bosse suivante. Je me sens super bien sur cette fin de course et j’arrive à faire largement la différence en montée. C’est maintenant qu’il faut tout donner car après il ne restera plus qu’à dérouler jusqu’à l’arrivée !

Un court single nous permet de rejoindre le Carraire du Moulins qu’il suffit cette fois de descendre pour rejoindre le village de Bouc Bel Air. J’accélère la foulée car je reviens sur un nouveau groupe de quatre coureurs. Je me retourne pour vérifier si je ne suis pas poursuivi… Non, personne derrière, donc aucun danger si je garde le rythme. Le groupe doit sentir ma remontée car je tarde à revenir sur eux. Je ne vais quand même pas devoir utiliser la vieille technique de briscard de la frontale éteinte pour espérer les rattraper ?

Ça ne sera peut-être pas utile… Il reste moins d’un kilomètre et le groupe se rapproche… 16 km/h au passage des réservoirs d’eau… 18 km/h dès que je foule le bitume… 19 km/h dans la descente juste avant le dernier virage… 20 km/h au milieu du boulevard Jules Ferry et je pousse la machine à plus de 22 km/h pour doubler un des quatre coureurs du mini peloton à moins de 100 mètres de l’arrivée. C’est rapide vous allez me dire mais c’est presque ridicule au regard des vitesses hallucinantes atteintes par les premiers… C’est très satisfait que je franchis l’arche car, d’une part, je termine frais et presque prêt à rajouter 10 km de plus à la même allure et d’autre part car j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à participer à une compétition sur mon terrain d’entraînement. Pour bien clore la soirée, Laurence, Maxime et mon père sont présents pour me féliciter.

Le Trail nocturne de Bouc Bel Air fait une magnifique entrée dans les courses incontournables de la région et a tout d’une classique malgré sa courte distance et son faible dénivelé. Les chronos d’un autre temps des premiers n’ont pas fini de faire parler les coureurs du coin et d’entretenir la légende qui, je l’espère, est  déjà en marche. Vivement la saison 2 !

TNBBA 2

Crédits Photos : Antoine DjerrouLaurent Lafouche et inconnus

Voir la trace GPS sur Movescount

Résumé Trail nocturne de Bouc Bel Air 2015

Distance

Dénivelé

Chrono

Classement

FC Moyenne

Lieu

15 km

400 D+

1:08:29

24/335

(5 M1M)

NC

Bouc Bel

Air

Publicités

13 réflexions au sujet de « Trail nocturne de Bouc Bel Air »

  1. Salut Fred, félicitations pour ta course et ton compte rendu qui exprime à merveille mes sentiments. Ravi également d’avoir fait ta connaissance et en espérant la prochaine fois échanger un peu plus @+

    • Salut Lionel, ça a été un plaisir également pour moi de te rencontrer « en vrai » ainsi que d’autres coureurs du coin. Il faudra qu’on s’organise quelques sorties ensemble histoire d’avoir un peu plus le temps de discuter.
      Merci pour ton commentaire et à très bientôt. Tu fais Gémenos samedi prochain ?

      • Malheureusement je ne pourrai pas être là samedi soir et j’ai lu ton CR de l’année dernière il m’avait donné bien envie 🙂 bonne course à toi

  2. 22 hm/h, non ce n’est pas ridicule !!
    Bravo pour ta course (pour celle d’hier également – Trail de Gémenos – j’en attends le cr ;-))
    et merci encore de nous faire partager tes impressions !

    • Hello Nicolas, je réalise seulement qu’on était sur la même course samedi à Gémenos. C’est dommage qu’on ne soit pas croisé. J’espère qu’on aura d’autres occasions bientôt. Aussi pourquoi pas s’organiser une sortie du côté de l’Estaque ?
      Merci d’être passé ici et à plus.

      • Salut Fred,
        j’ai pas osé te déranger, tu étais déjà en pleine conversation à côté de la soupe 😉
        La prochaine fois, promis !
        On se recroisera, c’est sûr, même si je cours peu en compet’.
        @plus

      • Il fallait et tu ne m’aurais pas dérangé ! On refaisait la course avec Sylvain que j’ai connu lors de ma première participation de ce Trail et qui depuis 3 ans s’est juré de me faire la peau (en toute sportivité évidement). D’ailleurs Strava c’est top pour se chauffer avant la course et se vanner après.

  3. Salut Fred, bravo à toi et super CR pour ce nouveau trail nocturne qui donne envie pour l’an prochain
    A bientôt sur une course
    Fred (TNB 2014 – avec Philippe – et 2015 – avec Riri)

    • Salut Fred !
      Quelle soirée que ce TNB 2015 ! Je me suis autant amusé sur la course qu’au repas d’après course.
      Je pense qu’on aura l’occasion de se revoir à l’une des recos du « Off Grand Tour de la Sainte Victoire ».

  4. Ping : Bilan 2015 | Highway To Trail

  5. Ping : Alpin Trail de Pichauris | Highway To Trail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s