Nocturama : Trail nocturne de Bouc Bel Air & de Gémenos

Bandeau TNBBA & Gémenos 2016

Trail Nocturne de Bouc Bel Air 2016Trail Nocturne de Gémenos 2016

Samedi 26 novembre, 14h30. Je rejoins le complexe culturel des Terres Blanches. Je retrouve Pierre Gauthier et Antoine Djerrou, amis et organisateurs du Trail Nocturne de Bouc Bel Air, à qui j’ai proposé mon aide. Avec d’autres bénévoles je suis préposé au parking. Ça ne sera pas une tâche facile car plus de 500 coureurs sont attendus et la cour de l’école primaire, reconvertie en parking d’appoint, doit faire au maximum 150 places. Avec l’équipe de bénévole nous nous en sortirons finalement pas trop mal. À 17h15, je troque ma chasuble jaune fluo contre un short et une paire de basket. Je vais courir très léger ce soir, la température est douce, la distance est courte et le parcours devrait être bouclé en un peu plus de 1h.

Une semaine plus tard, je récupère mon vieux Jeff à Auriol et nous filons vers Gémenos pour le traditionnel Trail Nocturne de Noël qui fait fantasmer tant de coureurs locaux. Pourtant ce trail n’a strictement rien d’extraordinaire, c’est un parcours de 16 km très roulant sans difficulté particulière si ce n’est que d’être à fond tout le long. Par contre c’est pour beaucoup de coureurs que je connais le dernier rendez-vous de l’année et l’occasion de régler des comptes en finissant devant les copains. Pour ceux qui suivent mes récits voilà maintenant 3 ans qu’Antoine et Sylvain ont la ferme intention de prendre ma couronne (une petite couronne en bois toute simple). Je sais que cette année ça va être très compliqué de maintenir ma troisième place car ils gagnent du terrain années après années…

TNBBA 2016Pierre et Antoine ont encore réalisé un exploit cette année en rassemblant plus de 500 coureurs sur le parking des Terres Blanches de Bouc Bel Air. Ils se payent même le luxe d’être sereins constatant que leur organisation est maintenant rodée. En plus de la quantité, la qualité est au rendez-vous avec les meilleurs coureurs de route et de trail de la région comme Julien Devanne et Nicolas Navarro, les parrains de la course, à nouveau de la partie. Autant vous dire que ça va encore aller très vite au regard des athlètes qui frétillent sur la ligne de départ. Avant de lâcher les fauves, Antoine termine le briefing d’avant course et lance le décompte. Des dizaines de fumigènes incandescents éclairent le ciel étoilé sous l’hymne musical des Templiers. Les frontales s’allument comme autant de lucioles un soir d’été et les coureurs s’élancent !

TNBBA 2016

C’est déjà Noël dans les rues de Gémenos. Les décorations apportent un côté magique et festif au départ de la course sur les chapeaux de roues. Je suis positionné dans les cinquante premiers environ. Je sais que Sylvain est derrière, probablement à l’affût et ne me quittant pas des yeux. Quant à Antoine, je ne l’ai pas vu. Je regarde devant mais je ne le vois pas. Il doit sûrement lui aussi patienter sagement derrière. J’essaie de ne plus penser à eux et me concentre sur mon allure. Très vite je double beaucoup de monde, encore plus dès que nous quittons le bitume pour attaquer la montée à la vigie qui luit plusieurs centaines de mètres plus haut. Les jambes répondent bien mais c’est à la limite de l’asphyxie que j’approche le sommet. Sylvain a dû le sentir car, sans l’avoir entendu venir, il en profite pour me passer devant en m’encourageant sportivement. Mince, je ne pensais pas que ça arriverait si tôt !

À la première montée les premiers sont déjà loin. Julien Caillet, un coureur de Bouc Bel Air qui possède un niveau équivalent au mien me double dans le paquet. Je ne le reverrai probablement plus d’ici l’arrivée. La première boucle de 5 kilomètres qui rejoint le départ se fait dans la douleur. Cette allure au seuil ne me pose pas de problème sur le plan respiratoire mais c’est musculairement que ça coince un peu. Je peine dans les relances très nombreuses de ce parcours ultra roulant. Je reprends un peu d’énergie avec les encouragements du public et replonge très vite dans la sombre descente des Sorcières. Encore 10 kilomètres de souffrance où il ne faudra rien lâcher…

Ce serait mentir de dire que le dépassement de Sylvain n’entame pas mon moral. Mais je ne m’affole pas pour autant. Je sais que les années précédentes il m’a systématiquement dépassé à mi-parcours et que je l’ai rattrapé sur la fin de course. Par contre cette fois il est affûté l’animal, ça saute aux yeux. Il court d’une foulée légère et semble avaler les bosses sans peiner. Je serre les dents et essaie de conserver mon allure. J’arrive au long passage en descente technique qui sera négocié sans chute et plutôt à bonne allure puisque j’arrive à rattraper quelques coureurs. Les sensations reviennent, tout peut encore arriver !

Au cœur de la forêt de Bouc Bel Air je sens que les jambes répondent enfin. Les lacets de Pégot sont grimpés sans trop souffrir. La suite est une belle portion en single qui donne de nuit une impression grisante de vitesse. Ce n’est pas qu’une impression puisque que je me rapproche rapidement des frontales qui me précèdent. Le parcours reprend ensuite un large chemin puis une portion de bitume en descente qui permet de récupérer un peu tout en déroulant à bonne allure. J’ai repris suffisamment d’énergie pour attaquer avec combativité la longue portion de montée qui va nous ramener sur les hauteurs de la forêt domaniale de Bouc Bel Air. J’ai la force de courir dans la partie la plus raide. Beaucoup marchent, je reprends ainsi l’avantage sur bon nombre d’entre eux. À chaque dépassement j’éclaire sans conviction de ma frontale le visage de mes concurrents mais pas de Julien en vue…

La mi-course est passée depuis un petit moment. Il n’y a plus de difficulté jusqu’à l’arrivée à Gémenos maintenant mais il faut tenir car les nombreuses bosses qui nous ramènent au village finissent par épuiser les plus tenaces. En effet ça craque de partout et je reprends de nombreuses places. D’ailleurs, depuis Sylvain, plus personne ne m’a dépassé à moins qu’Antoine déboule comme une flèche dans mon dos. Pour l’heure, aucune lueur ne vient éclairer mes mollets. Plus que deux kilomètres de montée et c’est la bascule vers le village. J’accélère ma respiration et mon allure, les cuisses me brûlent mais courage, je n’ai plus longtemps à tenir.

Arrivé en haut de la longue montée, nous prenons un court passage sur bitume pour reprendre à nouveau un single puis un large chemin qui permet de rejoindre le haut de Carraire du Moulin, le chemin que nous avons emprunté dans le sens de la montée lors de la première boucle. Maintenant place à la descente jusqu’à l’arrivée aux Terres Blanches ! Le large chemin en ligne droite permet de repérer au loin les frontales des coureurs devant moi. Trois sont à ma portée. Malgré la fatigue je puise dans mes dernières ressources pour accélérer ma foulée. Mes efforts sont payants car je double le premier, puis le deuxième. Je m’approche lentement du troisième à l’approche de Bouc Bel Air. De loin il me semble reconnaître sa silhouette…

Je résiste à l’acide lactique qui commence à se répandre dans mes jambes. Le mental a pris le relais et m’aide à me rapprocher de deux coureurs qui semblent craquer dans les derniers mètres de la côte. Le coureur de devant est caché par celui qui le succède, c’est donc au dernier moment que je me rends compte que celui qui mène le duo n’est autre que Sylvain ! Désolé mon pote mais tu vas devoir te battre jusqu’à l’arrivée qui se trouve désormais à moins de deux kilomètres. Rien n’est gagné pour moi car le parcours est maintenant en descente et sa vitesse de sprint peut lui permettre de revenir. Je pense à rien d’autre que de ne pas faiblir. Je reste concentré sur les fondamentaux, à savoir les pieds qui griffent le sol, les bras mi-fléchis et les coudes au corps, le regard qui va chercher loin afin de préserver ma vitesse et même en prendre tant qu’à faire. Sylvain semble distancé mais il peut encore revenir dans les derniers mètres. Nous sommes maintenant dans Gémenos et l’arrivée à moins de 500 mètres.

Pas de doute, c’est bien Julien. Il est encore loin et je doute pouvoir le rattraper d’ici l’arrivée. Il faut quand même tenter quelque chose. Au risque de m’effondrer avant la ligne j’accélère comme un dingue. Je reviens sur lui beaucoup plus vite que je l’avais pensé et c’est à moins de 200 mètres de l’arrivée que je le dépasse. Je l’encourage pour que nous terminions ensemble au sprint mais il me répond qu’il est cuit. Je terminerai alors 3 secondes devant lui, un peu honteux de l’avoir dépassé quasiment sur la ligne mais fier malgré tout d’avoir su revenir sur un coureur de sa trempe. L’effort consenti n’aura pas seulement flatté mon ego mais permis de remporter la coupe du 1er Boucain (habitant de Bouc Bel Air) que Pierre et Antoine ont eu la bonne idée d’instaurer cette année.

TNBBA 2016

L’arrivée est à moins de cinquante mètres, Sylvain est toujours derrière mais mon intuition me dit qu’il revient très vite. Je ne me retourne pas et donne tout ce que j’ai pour franchir la ligne. Sylvain arrivera finalement trois petites secondes après…. Décidément. À croire que le 3 est mon chiffre porte bonheur du mois. Sylvain est forcément un peu déçu mais il me félicite sincèrement. Je le rassure lui disant que c’est la dernière année où je suis devant et qu’il aura enfin sa revanche à la prochaine édition. À peine le temps de savourer ce final à suspense que j’entends la voix d’Antoine se détacher de la foule. Punaise, il était devant depuis le début ! Je le félicite à mon tour. Il était plus fort ce soir. Il est d’ailleurs plus fort cette année, je l’ai senti au fils de nos entraînements communs et au regard de ses derniers résultats. Je ne suis pas déçu mais au contraire très heureux et fier de sa très belle 14ème place au sctrach. Elle est méritée quand on sait les galères physiques qu’il a vécu pendant presqu’un an. Cette absence de course à pied à forgé sa hargne et l’a fait revenir à son plus haut niveau. Une magnifique année 2017 lui tend les bras, à lui de savoir l’optimiser.

Après l’effort du Trail Nocturne de Gémenos c’est le moment de détente avec le traditionnel restaurant avec les copains. La soirée ne sera finalement pas si détendue… Au moment d’entrer dans le resto je sors mon téléphone pour prévenir Laurence et les enfants que la course s’est bien passée. Je constate alors que Laurent, qui participait lui aussi à la course, a essayé de me joindre à plusieurs reprises. Étrange… Je le rappelle et il m’informe qu’il est allongé dans la tente de La Croix Rouge… Il a fait une mauvaise chute au sixième kilomètre, il a terminé la course certes mais a ressentit une violente douleur aux côtés une fois la ligne franchie. Après une soirée aux urgences, le bilan sera une côte cassée… Plus tard dans la soirée, c’est Patrice qui sera évacué du restaurant par les pompiers après un malaise. Lui aussi passera sa nuit aux urgences en observation. Son malaise fut le fruit d’une sévère déshydratation. Quand je vous dis chaque année que ce trail de Gémenos à une saveur particulière, je ne crois pas vous mentir !

dossards-tnbba-gemenos-2016

Crédits Photos : Michel Armandy de Run Academy

Voir la trace GPS du Trail Nocturne de Bouc Bel Air sur Movescount

Voir la trace GPS du Trail Nocturne de Gémenos sur Movescount

Résumé Trail nocturne de Bouc Bel Air 2016

Distance

Dénivelé

Chrono

Classement

FC Moyenne

Lieu

15 km

400 D+

1:10:12

30/464

(7 M1M)

NC

Bouc Bel

Air

RÉSUMÉ TRAIL NOCTURNE DE Gémenos 2016

Distance

Dénivelé

Chrono

Classement

FC Moyenne

Lieu

16 KM

750 D+

1:22:25

19/552

(6 M1M)

NC

Gémenos

Publicités

Une réflexion au sujet de « Nocturama : Trail nocturne de Bouc Bel Air & de Gémenos »

  1. Ping : Bilan 2016 | Highway To Trail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s