« Un risque à courir », un roman policier dans le milieu du trail

Bandeau Livres

Un risque à courirLes lecteurs qui suivent régulièrement ce blog savent que je ne communique que sur ce que j’aime et connais. Si je me fais parfois l’écho des marques, j’ai besoin d’avoir créé avant tout une relation passionnée avec mes différents contacts et partenaires. C’est exactement la même chose avec Jean-Marie de Dinechin, auteur d’un premier roman « Un risque à courir », que j’ai découvert un peu par hasard via les réseaux sociaux et que j’ai très envie de vous faire connaître. Plutôt qu’écrire un article qui raconte tout le bien que je pense de ce premier roman, j’ai préféré aller plus loin en interviewant son auteur qui s’est très gentiment prêté au jeu.

Bonjour Jean-Marie et merci de prendre le temps de répondre à mes questions. Avant de mieux te connaître, parle-nous de ton livre si tu veux bien. Qu’est-ce qu’on peut dire sur « Un risque à courir » sans trop en dévoiler ?

Jean-Marie de DinechinJean-Marie : C’est une enquête criminelle dans le monde du trail ! Une enquête qui commence sur la SaintéLyon. L’affaire est confiée à un lieutenant lui même passionné de trail, et les indices vont le mener sur quelques-uns des plus beaux parcours de la discipline : le Trail du Sancy, la 6000D, les Templiers… et j’en passe. L’occasion de découvrir ou redécouvrir ces courses de l’intérieur, avec une intrigue et du suspens en plus !

Avant de revenir à ton livre passionnant, peux-tu nous parler un peu de toi, de ton parcours ?

J’ai 38 ans, 4 enfants, et suis passionné de trail. Depuis que j’ai découvert le trail long il y a quelques années, j’ai couru les Templiers 2 fois, la SaintéLyon 2 fois, La 6000D, le GRP, L’aubrac Circus, la Trans’ju trail, L’endurance Trail, etc. Je me régale ! Je me sers des trails pour voyager à travers la France, et sinon je réside à Croix, près de Lille. J’ai vécu 2 ans à Clermont-Ferrand, 2 ans à Mâcon, et suis monté dans le nord pour travailler à fond la forme au développement de produits sportifs. Avec ce boulot, mes entraînements et la vie familiale, j’ai un emploi du temps bien rempli ! Mais je voulais quand même aller au bout de ce projet perso d’écriture lancé depuis près de 3 ans.

Effectivement tu as une belle expérience en Trail Running, tes résultats le confirment et ça saute aux yeux à la lecture de « Un risque à courir ». Parmi les courses que tu as fait, quelles sont celles dont tu es le plus fier ?

Il y a ma 2ème SainteLyon, où je finis 77ème avec un chrono « SaintéLyon d’or ». Ma place de 35ème sur le grand raid des Pyrénées, juste derrière la 1ère féminine… Ou dans un autre registre la 6000D, parce que j’ai couru les 100 derniers mètres avec mes 4 enfants ! Le plus récent reste l’Endurance trail, mon premier 100km…

Quelles sont les défis que tu aimerais relever à plus ou moins long terme ?

Je ne sais pas encore… J’ai en tête un ironman pour mes 40 ans, mais il faudrait que je sache nager d’ici là ! 😉 J’essaye surtout de varier les plaisirs, les terrains de jeux. Il y a quelques années, je suis allé en Suède avec des amis pour « courir » la Vikingarännet : 80 km en patins à glace sur les fjords gelés ! C’était plutôt improvisé, mais vraiment exceptionnel. Alors en 2017… on verra ce qui se présente !

jean-marie-de-dinechin

Quelles sont les sportifs qui t’inspirent ou t’influencent ?

Kilian Jornet, François D’haene… De manière générale, tous ceux qui s’éclatent en montagne et vont grimper trois cols en guise de petit dej, juste histoire d’admirer le lever du soleil. D’ailleurs j’ai offert mon livre à François D’haene, et espère pouvoir faire la même chose avec Kilian !

J’espère pour toi qu’ils nous liront et qu’ils auront envie de découvrir les aventures du lieutenant Lavanier. A ce propos je trouve que le récit de ton livre est très didactique. Que ce soit l’univers du Trail, de la Police et des lieux décrits, tout est expliqué de façon très pédagogique pour un non initié. As-tu la volonté de séduire le public du Trail à un polar typé nature ou au contraire utiliser un genre littéraire populaire pour l’amener à découvrir le Trail ?

Clairement la deuxième option ! J’ai choisi le polar car j’aime l’idée de tisser un intrigue, déposer des indices, surprendre le lecteur… mais tout cela reste intellectuel. En revanche, j’ai choisi le trail car c’est un milieu qui me passionne et dont je suis capable de parler avec mes tripes ! D’ailleurs les avis lecteurs qui me touchent le plus sont ceux des non coureurs qui disent : « Tu m’as emporté dans ton monde du trail » ou « Tu m’as donné envie d’aller courir ! »

Sur le plan artistique, quels sont les autres livres ou les films qui ont inspiré l’écriture de « Un risque à courir » ? Tu cites par exemple plusieurs fois Agatha Christie.

Côté littérature, Agatha Christie m’a effectivement inspiré : une sorte de retour à mes premiers romans policier d’enfance, qui m’ont marqué. Au-delà, il y a certainement beaucoup d’influences de films (j’en regarde plein) mais je ne saurai pas trier tel ou tel.

Raconte-nous le cheminement de l’idée de départ jusqu’à l’impression du livre. Est-ce que tes sorties longues et courses ont servi à peaufiner les détails ? Est-ce tu écris en courant ?

On me le demande souvent, mais en fait je ne crois pas avoir avancé d’une seule ligne en courant ! Comme le dit un personnage du roman : « Après une demi-heure à courir et à transpirer, j’arrête généralement de penser. Je profite du plaisir simple d’évoluer librement, droit devant moi ». Mes trails longs m’ont quand même permis un travail psychologique. Quand on va puiser au fond de soi les dernières gouttes d’énergie pour finir un ultra, on en ressort forcément plus riche sur la compréhension de soi-même, et sur ce qui peut motiver un personnage. Et bien sûr, les trails m’ont donné des milliers de décors pour mettre en scène l’action du roman. Mais j’ai plutôt avancé sur ce roman dans les (rares) moment de calme. J’ai commencé par imaginer les 4 ou 5 idées maîtresses, le squelette du scénario, et alors seulement j’ai commencé à écrire : d’abord le premier chapitre et le dernier, pour conserver constamment ces deux repères en tête. Puis je me suis lancé dans le roman, j’ai mis du muscle tout autour du squelette. Je me suis heurté à d’innombrables détails, j’ai dû décaler quelques os et ai passé des nuits blanches à me demander comment je pourrais m’en sortir… mais j’ai réussi à tenir ma trame.

On imagine complètement voir ton livre adapté à l’écran. Ça ferait un thriller passionnant avec des décors fabuleux. Imagine le rêve le plus fou, tu peux choisir le réalisateur de ton choix. Qui choisirais-tu et pour quelles raisons ?

Ce serait énorme ! Je choisirai Paul GreenGrass pour les scènes de poursuite (hyperréalistes), John Woo pour les ralentis sur les séquences les plus dramatiques (qu’il sait rendre presque poétiques) et Robert reford pour sa capacité à montrer la beauté des paysages (cf. « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux », « Et au milieu coule une rivière »).

C’est tout le mal qu’on te souhaite ! Dernière question, est-ce qu’un tome 2 est déjà dans les cartons ou te laisses-tu encore quelques années pour revenir à l’écriture ?

J’ai bien quelques idées pour un autre roman, mais après 2 ans et demi de travail je vais m’accorder encore un peu de récup… Et surtout, demander l’accord de ma femme et mes enfants avant de rempiler !

Encore merci Jean-Marie pour le temps que tu m’as accordé. Je te souhaite tous mes vœux de succès pour le lancement de ce formidable et haletant premier roman.

Un risque à courir

Si vous connaissez un coureur dans votre entourage, ce qui est obligatoirement le cas, vous tenez le cadeau idéal pour Noël qui fera forcément plaisir ! Vous pouvez commander « Un risque à courir » directement sur The Book Edition. Vous pouvez aussi poser toutes vos questions sur la page Facebook de l’auteur. Bonne découverte !

un-risque-a-courir-1

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Un risque à courir », un roman policier dans le milieu du trail »

  1. Ping : « Un risque à courir &ra...

    • Jean-Marie corrigera au besoin mais il n’est actuellement disponible que sur The Book Edition.
      C’est là que je l’ai commandé. Ce site est très fiable. Tu trouveras le lien dans l’article consacré.
      Merci pour ton passage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s