Une huitième participation au TSV, ça s’arrose !

Je pensais avoir tout vu, tout connu sur les pentes de Sainte Victoire jusqu’à dimanche dernier… Il aura fallu attendre 8 ans, voire même 15 ans pour ceux qui ont participé à toutes les éditions, pour connaître les conditions climatiques de l’édition 2017. Une pluie ininterrompue de deux jours a rendu les sentiers de la montagne quasi impraticables, à moins d’être équipé de crampons d’alpinisme pour adhérer dans la boue et accessoirement de semelles Continental pour coller à la roche détrempée.

Une heure avant le départ de la course l’organisation annonce que le Trail Sainte Victoire, le grand parcours de 58 km et 2900 m de D+, est annulé. En substitution est proposé aux coureurs le parcours Cézanne, soit 36 km et 1300 m D+. Beaucoup sont déçus, surtout ceux qui ont fait un long voyage pour découvrir ce trail dont la réputation dépasse largement la région. Mais pour bien connaître cette montagne, la douloureuse décision de l’organisation était celle qu’il fallait prendre. Impossible d’imaginer plus de 400 coureurs grimper le Clapier sans s’exposer à des risques de chute grave, de courir sur les crêtes sans y laisser une cheville coincée dans le redoutable lapiaz qui parsème le sommet, sans parler des descentes rendues extrêmement glissantes. Bref, des conditions qui n’empêche certes pas un coureur qui connait parfaitement le massif de s’y aventurer (pas vrai Denis ?) mais qui interdit toute organisation responsable d’y engager des participants. Lire la suite

Publicités

Bilan 2016

Bandeau Bilan 2014

Les années se suivent et se ressemblent parfois… À croire que les débuts d’années ne me réussissent pas vraiment. Voilà maintenant un mois que je m’entraîne au ralenti, fatigué et blessé. Le moral est étrangement au beau fixe. Je suis devenu fataliste et plutôt que de tourner comme un lion en cage je profite de mon repos forcé (que je peux appeler désormais coupure annuelle…) pour rattraper des lectures en retard, cuisiner, regarder des films et passer du bon temps en famille.

L’occasion aussi d’arrêter le cours du temps et d’analyser mon année sportive 2016 qui vient à peine de s’achever. Exercice souvent ennuyeux pour les lecteurs mais extrêmement utile pour l’auteur car il permet d’analyser factuellement et de manière dépassionnée les événements passés, l’émotion ayant souvent tendance à prendre le dessus sur l’impartialité des chiffres. Si je laisse parler d’abord mes émotions j’ai le sentiment que 2016 n’a pas été une bonne année. La motivation a été en dent de scie, les résultats également… J’ai la désagréable impression d’en avoir fait encore moins qu’en 2015 qui n’était déjà pas un grand cru. Étrangement, les chiffres disent le contraire et en rebalayant l’année 2016 sortie après sortie, elle est finalement pas si mal ! Le bonheur n’est pas dans les chiffres mais principalement dans les rencontres et le partage. J’y reviendrai plus tard, commençons tout d’abord par les chiffres.

Que retenir de 2016 ?

Lire la suite